Pour quelles usages ?

en premier plan dans une coding Party

coding partyMes usages de gamer étaient faibles, car la logique je ne la possédais pas. Cependant, réaliser des exploits animés appelés démos dans l’univers de la démoscène et des rencontres en coding party m’ont beaucoup appris pour exploiter au mieux le hardware de la machine du moment (Atari par exemple) où la taille mémoire et l’espace de la disquette étaient des limites imposées par le matériel.

Je vous montre une petite réalisation de ma part dont la taille du concours est de 1 ko et programmée en HTML5. Je me suis inspiré des effets réalisés des années 90, où pour faire la même chose en ASM (assembleur) 68000, il fallait des milliers de lignes.

Ces mouvements permettaient de créer des effets animés et des programmes sur des technologies d'avenir, et de voir de nouveaux métiers et de nouveaux besoins. À l'époque, il fallait tout faire car il n'y avait rien, mais tout le monde était jeune.

Hellosct1Tu étais geek au lycée ?

Non pas du tout geek et ce mot n'existait pas à l'époque. Je faisais aussi du sport et d'autres activités d’étudiant.

Mais tu faisais quand même de l’informatique ?

Oui, j'étais assez investi car je testais des logiciels, écrivais des articles, codais des programmes que je distribuais en shareware, freeware et même des commerciaux.

Une anecdote révélatrice :
Vers 1990-91, quand j'étais étudiant et qu'on me demandait ce que je voulais faire plus tard, je répondais : « Réaliser des programmes ou applications pour la gestion, la bureautique, l'administration » car j'avais la vision que ce secteur allait bénéficier de cette nouvelle technologie et il fallait faire ces outils… C'était avant Word et Excel.

Et donc ton chemin vers la programmation ?

Au début, c'était une passion et je le faisais comme loisir, car je privilégiais mon cursus de comptable. L'association des deux a commencé en 1993 quand j'ai commencé dans le monde professionnel et que l'informatique arrivait en masse dans les entreprises. Et là, j'ai réalisé de nombreux outils pour aider les technico-commerciaux à vendre des produits et un autre pour gérer le personnel dans les sociétés.

Atari Falcon 030Au niveau entreprise, j’ai utilisé l’ordinateur PC pour mon premier emploi, mais il n’était pas encore arrivé chez moi où j'étais sur Atari Falcon. Mon premier PC (un Pentium 90) est arrivé chez moi en 1999 quand j’ai voulu programmer en PHP, car mon Atari ne répondait pas à mon attente.

Et l’internet ?

Au niveau de l'internet, j'ai commencé dans les années 1995 par surfer et trouver des informations et ce fut aussi l’occasion de me mettre au HTML pour écrire des articles, car je trouvais fabuleux de proposer un langage ouvert. Cependant, avant l’internet, il y a avait le Minitel et d’autres réseaux de communication et de conversation comme : les BBS, IRC, RTEL et les réseaux Minitel (3615 / 3614 / 3613).

Minitel

Tu y accédais comment ?

J’ai commencé à me connecter en 9600 Bps (octet par seconde) pour passer au 4 400 et 28 800 et 56 000 Bps ! À comparer avec les réseaux de fibres optiques jusqu’au domicile qui peuvent atteindre jusqu'à 1 Gbit/s en téléchargement, soit 109 Bps !

Et côté études ?

Oui, car le loisir ne fait pas tout. J'ai eu un bac pro bureautique, qui équivaut à un bac G à l’époque, puis un Diplôme d'études comptables et financières (équivalent à une maîtrise de comptabilité). En parallèle, j’ai passé par correspondance le diplôme d’analyste programmeur en C.

Hellosct1

Donc pas d’étude d’informatique. Tu apprenais par toi-même ?

Effectivement, j'ai beaucoup appris en groupe ou en autodidacte les technologies à la mode ou celles que je pensais qui allaient fonctionner. Au niveau ordinateur : le C, au niveau de l'internet : PHP et HTML… et certains qui sont morts ou plus utilisés à grande échelle. J'ai une pensée pour les langages comme le Pascal qui se rapprochait beaucoup trop du C. Je ne voulais pas abandonner ce langage qui est toujours le langage le plus utilisé, même si on ne le voit pas. Après certains langages étaient spécifiques machines, et n'existaient pas chez le concurrent… donc je préférais un langage générique et ouvert.

Et ton passage au Libre et à l’open source ?

J’étais orienté Libre et open source depuis le début quand je suis tombé dedans, car j'ai commencé avec l'univers Underground où l’on explorait déjà une culture et des solutions alternatives. Les mots libres et open source ont été mis en avant lors du BOOM de l'internet (début 2000). Et à cette époque, j'ai commencé à toucher à Linux, et aussi à Windows.

Donc tu étais libriste avant le Libre ?

Oui, on peut le dire, mais à l'époque les logiciels qui m'intéressaient étaient très chers et je ne pouvais pas les acheter. La solution était la scène ouverte ou se le faire soi-même. C’est comme cela que j'ai produit et distribué des programmes à petits prix pour en faire profiter les utilisateurs qui étaient comme moi avec un budget faible.

Tu travaillais en parallèle ?

Oui, cela me permettait de financer les sorties, l’achat de matériels, les études… avec des articles en parallèle aussi… à partir de 1988.

Tu as commencé à travailler quand une fois finies tes études ?

J'ai commencé à travailler… juste après mes études… en 1993 au service militaire et en 1994 en entreprise.

Au service militaire, j'étais au service du personnel pour gérer les employés et les appelés, et j'étais aussi technicien pour réparer les ordinateurs ou aider les utilisateurs à résoudre leurs problèmes informatiques sous MS DOS et Windows 3.1.

Donc, ça t'a fait de l'expérience professionnelle ?

Oui aussi, mais j'avais déjà à l'époque une certaine expérience avec mes différentes productions et réalisations.

À la sortie du service militaire, j'ai trouvé un emploi polyvalent. J’étais secrétaire, aide comptable, et chargé de mettre en place et développer les logiciels métiers pour les commerciaux, les techniciens et le suivi des dossiers dans le secteur de la rénovation du bâtiment. Le secteur métier du bâtiment n'était pas automatisé avec l'informatique. Pour l'époque, c'était assez révolutionnaire, car le patron de l'entreprise avait cette vision comme moi.

Hellosct1 - cookiesComment as-tu évolué ensuite ?

J'ai évolué ensuite avec l'internet et le boom des années 2000, car, entre le « bug de l'an 2000 » et l'ouverture de l'internet, il y avait beaucoup à faire. Je me suis intéressé à l'internet, car il n'y avait rien, comme 10 ans avant. Il fallait tout faire, et, pour moi, c'était l'occasion de refaire les programmes que j'avais déjà produits.

Le pourquoi du comment… car tout le monde pouvait participer et aider les autres.

C'est le côté communautaire qui t’attirait ?

Oui, c'est le côté communautaire, sans besoin de payer des fortunes en hotline ou en assistance.

Nous allons couper là pour aujourd’hui et vous proposerons demain la suite de cet entretien avec Christophe, notre Rep du mois qui nous parlera de son implication dans Mozilla, mais pas que…

» Christophe Villeneuve, Rep Mozilla de juillet 2016 - Ⅱ


Interviewé par @Mozinet, relu par la communauté

Notre précédente interview : JB Piacentino : Qwant et Mozilla montent la vie privée d'un cran

Crédit illustrations :

Photo 1 : Anna Filina : tous droits réservés
Photos 2, 4 : Christophe Villeneuve : tous droits réservés
Photo 3 : Frédéric Sagez : tous droits réservés
Photo 5 : Laurent Farges : tous droits réservés