Marc Andreessen en couverture du magazine Time en 1996

Marc Andreessen en couverture du magazine Time, le 19 février 1996

Avant Netscape Navigator, nom qui a eu plus de postérité en français qu’en anglais, l’internet en général était un concept abstrait manié par des militaires et des universitaires (et pas tous). « Je ne suis pas sûr qu’Internet signifiait quelque chose pour les gens », indique Mitchell Baker, présidente de Mozilla, embauchée par Netscape en 1994. « Je pense que beaucoup de gens n’ont jamais entendu parler de lui et ne savait pas ce qu’il a été. Il n’a pas eu d’impact ni d’influence. »

Pourtant, l’interface graphique de Netscape a rendu le Web accessible aux gens ordinaires. « C’était la porte d’entrée du Web primitif », se rappelle W. Joseph Campbell, un professeur d’université américain dont le livre 1995: The Year the Future Began fait la chronique de la naissance de Netscape. « C’était une entreprise cool avec un super nom. Netscape, au milieu des années 90, évoquait cette frontière grande ouverte à toutes sortes de possibilités. »

La page d’accueil de Netscape Navigator le 9 août 1995

La page d’accueil de Netscape Navigator le 9 août 1995

Josh Quittner, qui a coécrit Speeding the Net: The Inside Story of Netscape and How It Challenged Microsoft, dit que d’autres navigateurs ont émergé à cette époque, mais Netscape a réussi au début parce qu’il « a tout fait bien » (à un moment, le navigateur revendiquait 90 % du marché). « Il était facile à utiliser », dit Quittner. « Il a rendu les pages visibles pour tout le monde. Il a débloqué ce monde mystérieux pour les gens normaux, et le monde entier a changé. »

Une semaine après l’introduction en bourse de Netscape, le géant du logiciel Microsoft lançait la première version d’Internet Explorer, déclarant la guerre des navigateurs des années 90. Impossible pourtant de rivaliser avec Microsoft qui incorpore Internet Explorer dans son système d’exploitation dominant Windows 95 sans surcroît de prix. Il gagne ainsi rapidement des parts de marché. Irrésistiblement, Microsoft remporte cette guerre (ou cette bataille). Bien qu’une cour fédérale juge en 2000 que Microsoft avait violé les lois antitrust, il était trop tard pour sauver le soldat Netscape.

En 1998, AOL dans un deal à 4,2 milliards de dollars a acheté Netscape et l’a incorporé. AOL n’a pas su ou voulu user de sa puissance comme un levier pour redonner de l’intérêt à celui devenu son navigateur Netscape (le sien propre ayant toujours été basé sur Internet Explorer pour rester au cœur de Windows).

Netscape 6.0 Preview Release 3

Netscape 6 Preview Release 3 splash screen basé sur Mozilla

L’héritage de Netscape

Pourtant, son influence demeure. Tout un tas des technologies au cœur du Web encore aujourd’hui ont été inventées par Netscape comme le langage de programmation JavaScript et Secure Sockets Layer (SSL), un protocole pour échanger de manière privée des données entre serveurs et navigateurs web.

Netscape 6 Peview Release 1

Netscape a aussi engendré Mozilla. Pour se relancer au milieu de la guerre des navigateurs, Netscape a décidé de publier en open source le code de son navigateur pour que les autres puissent y contribuer. « Ça a été la naissance de Mozilla au sein de Netscape », selon Mitchell Baker, présidente de Mozilla. AOL a poursuivi le développement de Mozilla après avoir gobé Netscape. Après avoir liquidé Netscape en tant que division de développement de logiciels et viré les ingénieurs travaillant sur Mozilla, AOL dota une fondation à but non lucratif indépendante d’un petit pécule et lui abandonna la direction du projet. Des cendres de Netscape émergea la fondation Mozilla et finalement le navigateur Firefox dont, rappelons-le, le succès força Microsoft qui avait abandonné le développement d’Internet Explorer et le Web dans un piteux état à reprendre le développement actif de son navigateur. La vitalité du Web attira de nouveaux concurrents qui bâtirent des produits performants pour en tirer parti jusqu’à ce que l’explosion des applications mobiles natives ne viennent le remettre en cause.

« C’était un crève-cœur de voir notre entreprise disparaître », nous dit Rosanne Siino, professeure à l’université de Stanford et vice-présidente de la communication de Netscape lors de l’introduction en bourse. « Nous savons ce que nous avons fait. Nous savons quelle révolution nous avons créée. C’est quelque chose que je n’oublierai jamais. »


Un souvenir ? Une idée ? Racontez-nous votre histoire de Mozilla et du logiciel libre.


Mozinet


Notre précédent coup d’œil dans le rétro : MoCo a 10 ans


Crédit illustrations : capture n° 1 Netscape 1.1 Jon Niola

Images nos 2 et 3 (Time et capture Netscape Navigator 1.0) Internet History Podcast

Capture n° 4 Netscape Navigator le 9 août 1998 Quartz

Capture n° 5 splashscreen Netscape 6 Preview Release 3 GUIdebook

Capture n° 6 Netscape 6 Preview Release 2 Andrew Turnbull

Article issu d’une première version publiée pour feu Firefox OS.