free the lizard ! mozilla.orgAcculé par l’intégration sans supplément d’Internet Explorer dans Windows et en perte de vitesse, Netscape espère attirer une multitude de talents via Internet.

Comme on peut le lire dans cet article de Libération de 1998  :

Communicator ne représentait que 10 % de ses revenus, contre près de 50 % voilà un an. Ensuite, en faisant de l’évolution de son navigateur une œuvre collective, elle compte bénéficier de la capacité d’innovation de la communauté Internet. « C’est le seul moyen de faire face à la puissance de feu de Microsoft » (dont le navigateur n’a cessé de gagner des parts de marché, ndlr), explique Linda Lawrence, vice-présidente en charge du marketing international.

Plus loin, l’article évoque :

S’inspirant du projet Linux, un groupe d’employés de Netscape se charge de gérer l’évolution de Communicator (1). (1) www.mozilla.org. Ainsi, pour la première fois, une société cotée en Bourse rejoint le camp du logiciel libre.

L’archive de la page our mission originelle explique la nouvelle organisation du projet libre, les relations avec Netscape et le nom de Mozilla.

Un documentaire, Code Rush, de 2000 a suivi un groupe d’ingénieurs de Netscape durant cette période. Le documentaire est disponible sous licence Creative Commons. Il est sur YouTube avec les sous-titres en français et téléchargeable sur Archive.org.

Code Rush cover


Un souvenir ? Une idée ? Racontez-nous votre histoire de Mozilla et du logiciel libre.


Mozinet

Le précédent coup d’œil dans le rétro : 10 ans d’Internet sans Netscape – 1er mars 2018

Crédites illustrations :

Mascotte Mozilla sur Wikipedia : mascotte originelle grise et pourpre. Tous droits réservés.

free the lizard ! mozilla.org

Affiche de Code Rush. Tous droits réservés.

Ce billet fait partie de la série Coup d’œil dans le rétro. Une précédente version avait été publiée il y a un an.