Mon harmonie avec Mona (ni avec une autre)

Une aube blafarde pointait son nez morveux. Le type, nerveux, attendait manifestement depuis longtemps sous le ciel crevé de crachin brouillasseux. Le premier bus en le frôlant avait ajouté quelques gerbes d’eau à la flaque où ses chaussures surnageaient à la limite de la ligne de flottaison. Ceux qui n’aiment pas les descriptions lues quarante fois peuvent regarder Stéphanie Trick faisant la pompe(1) de la main gauche sur un tempo diabolique.

Moi j’en avais presque pitié, de ce type nerveux. Il pouvait l’attendre longtemps encore, sa traduction… fallait vraiment qu’il soit pris à la gorge pour espérer dans ces conditions qu’on vienne lui apporter un dictionnaire en papier… Attablé bien au chaud à l’intérieur du Transvision bar, je goinfrais un croissant en aspirant sans vergogne un café double zéro dans sa tasse fumante. Ceux qui n’aiment pas les croissants peuvent regarder the Hives sauter comme des bombes à retardement.

Oui, avec un petit frisson rétrospectif, je me mettais à sa place… moi aussi j’avais passé des heures à parcourir le Harrap’s en cherchant comment ce diable de Cédric, localisateur pré-historique de Firefox (et de tant d’autres choses), avait pu traduire « Robots have shiny metal posteriors which should not be bitten » ou « Get me out of here! ».

Maintenant, c’est devenu facile, presque trop facile… Il me suffit de taper au clavier le mot ou la phrase en anglais et hop j’ai sous mes yeux ravis la liste ordonnée par application de toutes les traductions disponibles déjà réalisées, le tout présenté en deux colonnes en vis-à-vis… Ceux qui n’aiment pas les vis-à-vis et préfèrent voir Hindi Zahra nous marabouter de sa voix charmeuse n’ont qu’à cliquer sur l’image.

Occupé que j’étais à regarder avec compassion le pauvre traducteur de l’autre côté de la rue, je n’avais pas enregistré une présence nouvelle à mes côtés. Une bien agréable présence. Mona n’avait rien d’une bombe pneumatique de série noire, mais une fois qu’elle était devant vous, vous aviez du mal à penser à autre chose.

– Alors Goofy, toujours aussi mufle ? Tu ne m’avais pas vue au comptoir ?

Un clic sur le notebook pour masquer une page où des créatures mamelues manipulaient des concombres, et je m’efforce de répondre à son sourire ironique, tout en réprimant un geste instinctif de deux doigts sur le pad pour zoomer sur ses lèvres.

– Tu vois mon petit Goofy, depuis le temps qu’on se connaît je trouve que notre histoire est un peu comment dire… éparpillée, fragmentée, chaotique (oui, la magnétique Mona est aussi une cérébrale)… on échange des petits mots, on se donne rendez-vous chez les uns ou les autres, mais à chaque fois que je te retrouve dans un autre contexte tu me parles d’autre chose… maintenant j’aimerais bien mon goofynet qu’on se retrouve toi et moi dans un endroit tranquille pour accorder nos violons… pourquoi ne pas traduire en actes ce que nous ressentons l’un pour l’autre, nous pourrions nous… comment tu dirais.. merger ?… mmmh oui fusionner si tu veux, enfin harmoniser un peu nos vies disparates…

– euh mais euh oui bien sûr mais figure-toi que ça tombe à pic parce que justement dans le Transvision tu as exactement ce qu’il faut pour harmoniser tous ces mots qui en traduisent d’autres, par exemple regarde je me mets sur la page… ah non ça c’est une fermière qui a trop chaud en cueillant des concombres(2), sur la page du Transvision, je mets par exemple euh « Privacy policy » et je peux voir si les traductions de diverses applications sont bien toutes les mêmes et justement je remarque comme par hasard que dans un grand mouvement d’enthousiasme pour Firefox OS nous avons traduit pour les apps « politique de vie privée » et que donc il vaudrait mieux que ce soit « politique de confidentialité «  comme partout ailleurs soyons cohérents et d’ailleurs je vais faire tout de suite un patch que je vais mettre dans le bugzilla de frenchmozilla comme ça le vaillant Théo va pouvoir commiter ça à la prochaine occasion à moins que Benoît toujours en embuscade pour la qualité de la traduction ne se manifeste, si tu veux Mona tu fais le pull je fais le push et…

Je ne sais pas pourquoi, Mona n’était plus là quand j’ai relevé la tête pour quêter son assentiment. Les femmes sont bien mystérieuses.

Ce n’est pas encore aujourd’hui qu’elle et moi allons pouvoir harmoniser notre politique de vie privée.


La semaine prochaine : le Transvision vous met la langue

(1) Faire la pompe n’est pas ce que vous croyez, bande de vicieux.

(2) oui quelquefois les traductions approximatives sont bien plus troublantes que les images.