Billet original de Ron Piovesan sur son blog. L’auteur dirige le développement du Marketplace de Mozilla et c’est le responsable entre autres des contrats commerciaux qu’a passés  Mozilla avec Telefonica pour le lancement du nouveau smartphone FirefoxOS au Brésil .

(Traduction MozFr : Lissyx, Kazé, Clochix, Goofy)

Je ne suis pas très porté sur la compétition, mais lorsque je participe à une course, j’y vais généralement pour gagner. C’est donc amusant de participer au développement du Marketplace de Firefox OS parce que nous courons très vite et faisons beaucoup d’efforts avec comme objectif la médaille de bronze.

Laissez-moi vous expliquer…

Il est plus qu’évident que deux compétiteurs, Apple iOS et Google Android, dominent le marché des smartphones. Tous deux disposent de plateformes extraordinaires, tous deux proposent des tonnes de choses aux utilisateurs, mais ce duopole n’est pas si génial pour la dynamique du marché.

D’un côté, l’innovation a ralenti. À part des écrans de toujours meilleure résolution et des cartes pourries, il ne s’est pas passé grand-chose sur ces deux plateformes depuis des années. Il y a beaucoup d’innovation dans les applications, mais les politiques restrictives des « places de marché » qui existent sur les deux plateformes étouffent l’ensemble de l’écosystème applicatif.

De plus, il paraît évident que le marché des smartphones est lucratif et que jusqu’à présent, les deux compétiteurs se partagent le gâteau.

C’est donc de la microéconomie classique, vous avez un marché à haut revenu/grosse marge qui produit peu d’innovation ; c’est le marché idéal pour des nouveaux entrants innovants.

Il existe plusieurs nouvelles entreprises qui entrent tout juste dans la course et si vous aimez le foutage de gueule, Microsoft et Blackberry vous en mettront plein la vue. Les deux proposent des plateformes intéressantes, chacune dans leur style, mais soyons honnêtes, au-delà de l’interface graphique sympathique, et peut-être une manière de taper ses courriels plus pertinente, il n’y a là rien de transcendant non plus.

Écrans tactiles, magasins d’applications, systèmes fermés. Il y a peu de variation, mis à part le Blackberry qui arrive avec un clavier physique et virtuel. Wow !

Et puis nous voilà. Mozilla et notre FirefoxOS et toutes les applications que nous essayons de mettre dans le Marketplace Firefox. Nous sommes vraiment très fiers de cette chose appelée HTML5, qui est simplement une série de lettres qui s’épelle « L.E W.E.B ».

écran Firefox OS en français

Nous essayons d’amener le Web sur votre smartphone.

Non, nous n’essayons pas de faire en sorte que le Web se comporte comme un smartphone classique, plutôt d’apporter ce qui est vraiment le meilleur du Web sur les périphériques mobiles.

Qu’aimez-vous dans le Web ? La découverte de contenu… J’ai ! Oui, nous avons une sorte d’app store, le Firefox Marketplace, sur le téléphone. Mais ça, c’est uniquement si les apps stores c’est votre truc. En réalité, sur le Marketplace vous ne trouverez qu’une petite partie du contenu disponible sur le téléphone.

Le contenu accessible depuis le téléphone est aussi vaste que le Web lui-même. FirefoxOS est ouvert, ce qui permet aux utilisateurs de télécharger des applications directement depuis n’importe quel site Web. Nous fournissons un mécanisme de découverte d’applications basé sur vos propres critères (1), et qui n’est pas lié au Marketplace. C’est pour vous aider à chercher des informations sans vous soucier de savoir si elles viennent ou non d’une application.

Et bien entendu, absolument rien n’empêche qui que ce soit de créer et de proposer sa propre boutique d’applications en ligne.

appli Filatours

Un exemple d’application pour FirefoxOS développée par Lissyx pour le réseau de bus de sa ville

On peut considérer que fondamentalement c’est le smartphone entier qui est une plateforme d’accès aux contenus (et pas seulement aux applications). Le Marketplace est une fonctionnalité, pas un goulot d’étranglement.

Il existe deux autres caractéristiques intéressantes, la portabilité et l’interopérabilité. Vous pouvez accéder à votre contenu partout où il y a le Web, et quel que soit le moyen d’y accéder.

Avec les autres smartphones, vos contenus sont souvent liés à l’appareil. Si vous changez de téléphone ou (malheureux !) de plateforme, vous devez essayer de les récupérer et potentiellement racheter tous vos contenus à nouveau.

Et qu’arrive-t-il à vos données personnelles qui sont emprisonnées dans une application qui ne fonctionne que sur une seule plateforme ? Sayonara — Adieu !

Créer un téléphone HTML5, ce n’est donc pas copier les terminaux natifs. C’est prendre ce que nous aimons tous du Web et en faire une vraie expérience mobile.

Bien sûr, pour l’instant nous nous battons pour la troisième place. Mais dans un marché qui est avide d’innovations et de nouveauté, nous allons bientôt viser l’or !

(1) Ron Piovesan fait ici référence à everything.me, un mécanisme de recherche thématique donnant accès aussi bien à des applications qu’à des contenus.